Hong Kong – dans un monde qui avance

Aucun musée ni parc à thème, aucun manège de fêtes foraines ne pourront jamais offrir une expérience aussi trépidante qu’une plongée au cœur d’une foule de travailleurs Hongkongais en col blanc, à l’heure de pointe. Le hasard a voulu que je me trouve un matin de décembre aux alentours de Wan Chai, le saint des saints du monde des affaires à Hong Kong, avec ses banques aux noms anglo-saxons, ses gratte-ciel en verre et acier aux formes tarabiscotées. Ces mêmes tours qui ont donné son image de carte postale à l’ancienne colonie britannique. Métros, bus, tramways et ferries déversent à une cadence de métronome des bataillons de travailleurs tirés à quatre épingles, aux côtés desquels j’ai l’air d’un clochard tombé du ciel. Un entrelac de passerelles couvertes et surélevées court au-dessus des trottoirs, allant de rue en rue, traversant même les galeries marchandes pour ressortir au-dessus d’une autre rue. On dirait…