Comment Jamel Balhi est devenu photographe (Interview)

Être à la fois un grand aventurier et un photographe reconnu n’est pas si courant. Jamel Balhi répond à quelques questions sur la façon dont il est devenu photographe, et sur sa façon de vivre la photo.

Jamel, comment es-tu devenu photographe ?

USA - Photographe du Monde - ArizonaLorsque je parcourais l’Arabie saoudite, quelqu’un m’a présenté au prince Fahd, fils du monarque. Celui-ci  m’a offert un appareil photo en guise de cadeau de bienvenue dans le Royaume. C’était mon tout premier appareil.

Et comment tu as appris les techniques du métier ?

Je me suis aussitôt procuré des guides d’apprentissage  de la photographie et la Terre entière devenait peu à peu mon école pour apprendre le métier. Je fais tout en lumière naturelle et n’utilise jamais de flash ; d’ailleurs je n’en possède pas.

Qu’est-ce qui fait que tu t’arrêtes de courir pour prendre une photo ?

Bolivie - Jeune Bolivien de l'Altiplano

Bolivie - Jeune Bolivien de l'Altiplano

C’est assez instinctif. Il y a les photos d’illustration puis celles qui résumeront au mieux un voyage, comme les personnes rencontrées. Egalement ce qui me permet de raconter des choses. Une vache en train de mettre bas dans un pâturage, un enfant jouant avec ses copains, des militaires tirant sur une foule énervée… Les occasions sont aussi variées qu’infinies, c’est pourquoi j’ai choisi de vivre à l’échelle planétaire.

Es-tu passé au numérique ?

J’ai fait mon entrée dans le monde du numérique en 2011  J’étais à New York  lorsque j’ai eu l’occasion d’essayer un boîtier numérique. Et non sans regrets j’ai laissé de côté mon vieux boîtier Leica en métal pour pour la complexité de l’électronique. Cela équivaut à changer de métier.

Comment es-tu perçu par les gens que tu photographies ?

Arriver à pied est l’une des meilleures clés de contact avec les gens. Lorsque je raconte mon histoire, mon boîtier est accepté, et le photographe que je suis finit par s’infiltrer.

Arménie - Plaine enneigée - Spitak

une plaine enneigée Spitak, en Arménie

Courir avec un appareil photo n’est pas trop contraignant ?

Il est plutôt tenu sur le ventre grâce à une sangle. Aujourd’hui ne pas être affublé de ces 3 kilogrammes me gênerait. Rajoutons le trépied et les objectifs, et voici l’intégralité de mon barda. J’ai parcouru ainsi plusieurs centaines de milliers de kilomètres à travers le monde, et tout rapporté en images.

Quels pays as-tu pris le plus de plaisir à photographier ?

Incontestablement l’Inde.

Inde - La vache et l'éléphant - Udaipur

Inde - La vache et l'éléphant - Udaipur

Un paradis de lumière, de couleurs et de poussière. Ce pays m’a fait offert mes plus belles photos. Lorsqu’on avance en Inde,  plusieurs époques de l’Histoire s’étalent simultanément devant le regard, du moyen-âge à aujourd’hui. Sur la voie publique on peut croiser un char à boeufs mérovingien en même temps qu’une Rolls conduite par un jeune roi de la finance. J’aime les foules indiennes, le désordre général des rues.  À coté des scènes chaotiques de la vie, les rites religieux revêtent une grande beauté esthétique. Dommage qu’on ne puisse photographier les odeurs.

Te sens-tu davantage photographe-reporter ou artiste-photographe ?

Le reportage-photo permet de dire « j’y étais, voici ce que j’ai vu ». Je laisse trainer mon regard un peu partout, en m’attardant sur l’esthétique. Je m’attache aussi beaucoup à la qualité de la lumière. Par exemple lorsque j’étais sur la place Al Tahrir au Caire en février 2011, une page d’Histoire se tournait devant mes yeux. Cependant photographier la réalité n’était pas suffisant pour rendre l’image intéressante.

Enfant de la Révolution - Le Caire ©J.Balhi

Enfant de la Révolution - Le Caire

Il fallait également employer les ficelles du journalisme, montrer des scènes différentes de ce qu’on nous montre habituellement.

Pendant la révolution au Caire, j’avais noté qu’il y avait de nombreux enfants sur la place, avec leurs parents et même leurs grand-parents. J’avais plutôt envie de montrer le côté jovial et familial du conflit qui se jouait sur la place, alors que je lisais partout dans la presse que cette révolution était le fait de musulmans extrémistes guidés par quelque obscure tropisme.

Quelles sont les 3 photos que tu regardes avec le plus d’émotion ?

La photo prise en compagnie du Pape Jean Paul II. C’était la rencontre avec un vieil homme. Je touchais du doigt la sagesse. Dommage que ce jour-là le protocole du Vatican m’a fortement conseillé, sinon obligé, de porter une cravate !
Ces deux enfants tibétains rencontrés au lendemain d’un rocambolesque passage de la frontière depuis le Nepal. Ces deux enfants m’ont offert d’emblée une authentique image du Tibet. Et puis ce couple de  paysans mozambicains photographiés dans une lumière vespérale. Cette image est pour moi le reflet de toutes les campagnes africaines. S’il fallait répondre encore à la question, je choisirais trois autres photos…
Photos de Jamel Balhi

 

Chine - La route de Kashgar

Chine - La route de Kashgar

Si tout était possible, où aimerais-tu exposer tes photos de voyages ?

Jusqu’à aujourd’hui j’ai exposé mes photos dans des lieux très diversifiés, de l’Unesco aux petits centres culturels à travers la France.  je n’ai pas d’endroits de prédilection car, à l’instar de mes voyages,  j’aime aller partout. Quand on incarne ce que l’on est, on n’attend aucune consécration.

 

 

[voir l’album photos de Jamel]

Par| 2017-12-14T23:18:19+00:00 30 janvier 2012|Actualité|3 Comments

About the Author:

3 Comments

  1. ASPHALTE 17 24 juin 2012 at 18 h 35 min

    « Salut » Monsieur Jamel !!!
    Je suis un grand fan de vos aventures.
    Grace a vous, j’ai repris le goût de vivre et j’ai pleins de projets de grandes randonnées….
    Merci de nous faire rêver ….
    A quand de prochains défis ?
    bien sportivement !!!
    Grégoire.

  2. Luc 6 février 2012 at 15 h 16 min

    Bonjour Jamel,
    Je découvre votre histoire grace a ce site , et suis très impressionné.
    Mais je ne comprends pas qu’on vous voit pas dans les emissions de radio ou de télé ; on voit ou entend des « aventuriers » qui on fait tellement moins de choses, c’est dommage.
    Est-ce qu’il exite de video ou des dvd qui parlent de votre aventure ?
    merci

  3. Jeanne 1 février 2012 at 10 h 06 min

    j’ai acheté un livre de Jamel Balhi avec plein de photos de voyages (si lointains si proches), elles sont vraiment incroyables. je le conseille à tous les gens qui aiment jeter un oeil curieux et bienveillant sur le monde

Leave A Comment

Avant de valider, merci de répondre à la question anti-spam :

Combien y t\'il de lettres dans \"Jamel\" (réponse en chiffres)